mardi 29 janvier 2019

Le Centre de musique baroque de Versailles à la recherche d’un nouveau souffle

Hôtel des Menus plaisirs, siège du CMBV
En 1987, le ministère de la Culture confiait à Vincent Berthier de Lioncourt et à Philippe Beaussant la mission de fonder une institution pour redécouvrir et valoriser le patrimoine musical français des XVIIe et XVIIIe siècles. Le Centre de musique baroque de Versailles (CMBV) était né.


Soutenu par le Ministère de la Culture, l’établissement public du Château de Versailles et le Conseil régional d’Ile-de-France, le Centre a toutefois vu son budget sérieusement impacté, en 2017, par la suppression d’une subvention de 250 000 euros du département des Yvelines.
  
Dans ce contexte, mais aussi dans un climat plus général d’essoufflement de la diffusion de la musique baroque française, et de remise en cause latente du rôle et du positionnement du Centre, on attendait beaucoup de son nouveau directeur, Nicolas Bucher, nommé en mars 2018, et qui présentait jeudi dernier à la presse un ambitieux projet d’établissement pour la période 2019 – 2021.
 
En voici les principaux axes :

Une Académie d’été verra le jour en juillet 2020, autour de master-classes, de stages et de concerts. Le site Internet du CMBV va subir une refonte complète, l’action culturelle auprès du jeune public et des zones défavorisées va continuer de se développer, à l’instar du beau projet Générations Lully que nous avons eu récemment le plaisir de présenter :

    
Un projet scientifique et artistique structurant va également voir le jour, autour du personnage du Régent Philippe d’Orléans, dont on ne sait pas toujours qu’il fût lui-même musicien, chanteur, compositeur de cantates, motets, et même de trois opéras, dont un Penthée dont voici un court extrait instrumental :
    

1 commentaire:

Pierredu78 a dit…

Saluons les 30 ans d'excellence du Centre et son rôle indispensable dans la promotion de la musique française. Merci pour votre article et bonne chance au nouveau directeur.