mardi 15 janvier 2019

Il y a 400 ans, naissait Barbara Strozzi

En 1619, naissait à Venise l'une des plus grandes figures féminines de l'histoire de la musique, la chanteuse et compositrice Barbara Strozzi. Espérons que ce 400ème anniversaire sera l'occasion de célébrer, et sans doute, pour beaucoup, de découvrir, cette extraordinaire musicienne.
 
Barbara doit beaucoup à son père, Giulio Strozzi, célèbre poète et librettiste d’opéra, qui lui prodigua  une éducation littéraire et musicale de premier plan. Notamment en la présentant à Francesco Cavalli, auprès de qui elle étudia la composition.
 
A  partir de 1634, la jeune femme participe aux travaux et études de l’Accademia degli Unisoni, branche musicale de l’Accademia degli Incogniti, célèbre société savante fondée par Giovanni Loredano. Elle commence à écrire et chante ses compositions.
 
En 1644, Barbara Strozzi publie pour la première fois un livre de madrigaux sur des textes de son père. Le succès ne l'abandonnera jamais : jusqu'en 1664, elle publiera ainsi 125 œuvres, sur huit opus, essentiellement des madrigaux, arias et cantates. Des pièces particulièrement bien écrites, témoignant d'une excellente maîtrise du contrepoint et d'une constante inspiration mélodique, toujours fidèle à l'esprit du texte.
Farouchement indépendante, Barbara Strozzi refuse de se marier et élève seule ses quatre enfants, ce qui témoigne d’une force de caractère exceptionnelle, dans une société du XVIIème siècle où les femmes n’avaient guère leur place qu’auprès de leur mari.
 
Elle bénéficie, il est vrai, de puissants patronages, comme le doge Sagredo, l'empereur Ferdinand III, Éléonore de Gonzague-Mantoue ou la duchesse de Brunswick, qui lui commandent des oeuvres et lui offrent une protection fidèle, y compris sur le plan financier.
 
Il y a 10 ans, Leonardo García-Alarcón et sa Cappella Mediterranea lui ont rendu hommage dans un très beau disque (Ambronay, 2009).
   

Aucun commentaire: