jeudi 11 octobre 2018

Le Requiem de Mozart ouvre la saison 2018 2019 des concerts au Musée de l'Armée

La nouvelle Saison musicale du Musée de l’Armée s’est ouverte jeudi dernier, avec l’une des œuvres les plus poignantes du répertoire, le Requiem de Mozart.
  
Il était donné par l’Orchestre national de Lorraine, le Chœur de l’Orchestre de Paris et quatre excellents solistes, Raquel Camarinha, Delphine Haidan, Sébastien Droy et Frédéric Caton.
  
A la baguette, David Reiland, qui a pris récemment ses fonctions à la tête de la formation lorraine, nouvelle étape d’un brillant parcours artistique qui l’a conduit, notamment, à travailler auprès de Simon Rattle, Pierre Boulez, Vladimir Jurowsky et David Zinman.
 
Doté d’une forte personnalité et d’un enthousiasme communicatif, le jeune chef a mené tambour battant une exécution nerveuse du Requiem, avec des contrastes dynamiques et expressifs donnant à la musique une force et des couleurs quasi caravagesques. 
  
On ne pouvait mieux ouvrir la nouvelle saison, laquelle s'annonce d'ailleurs fort prometteuse.
  
Organisé en écho à l’exposition A l’Est, la guerre sans fin, 1918-1923, un premier cycle intitulé Silence des armes et Chant de la terre fera entendre le chant de la terre natale qui accompagne l’apparition de nouveaux Etats-nations émergeant sur les décombres des empires. On entendra notamment des œuvres de Kodaly, Janacek ou Bartok, trois compositeurs qui ont durant des années, parcouru les campagnes de leurs pays pour y recueillir et noter les musiques traditionnelles.
  
Au printemps, le Musée se mettra à l’heure espagnole, à travers 10 concerts organisés sous le haut patronage de l’Ambassade d’Espagne, en lien avec l’exposition Picasso et la guerre. Des compositions de Debussy, Poulenc, Falla, Granados, et bien d’autres, sont inscrites au programme.
 
Parallèlement à ces deux cycles, trois autres temps forts viendront rythmer la saison musicale : une série de concerts donnés par les lauréats des Victoires de la musique classique, le festival Vents d’hiver, qui mettra à l’honneur tous les instruments à vent, et le cycle Jeunes talents, qui, cette année encore, permettra aux jeunes interprètes les plus talentueux du Conservatoire de Paris de jouer en public.
 
La cathédrale Saint-Louis accueillera de nombreux artistes de premier ordre, notamment les pianistes Jean-Philippe Collard, Michel Béroff et Mikhaïl Rudy, les clarinettistes Paul Meyer et Pierre Génisson et la violoncelliste Ophélie Gaillard. 
  
Comme chaque année, d’excellentes formations françaises seront au rendez-vous, notamment l’Orchestre d’Auvergne, l’Orchestre de chambre de Toulouse et, bien sûr, les orchestres de l’Air et de la Garde républicaine.
  
Les concerts sont proposés à un prix très raisonnable (de 10 à 40 euros), et tous les renseignements sont bien sûr disponibles sur le site du Musée de l’Armée :
  

Aucun commentaire: