samedi 29 septembre 2018

Niemeyer à Saint-Denis

Saint-Denis, ancien siège de L'Humanité - photo Jefopera
C'est un bâtiment que j'aime bien montrer à tous les amis qui viennent visiter Saint-Denis. 
  
Peu de gens savent qu'il est l'oeuvre d'un des architectes les plus célèbres de tous les temps.
  
En 1985, le directeur de L'Humanité, Roland Leroy, souhaite déménager le journal dans un site plus adapté à ses besoins. Si le choix de Saint-Denis s'impose rapidement, sa localisation, dans le périmètre de protection de la basilique, nécessite l'aval de la Commission supérieure des Monuments historiques. On ne peut donc pas confier le projet à n'importe qui.
  
Roland Leroy a alors l'idée de demander à l'un des plus grands architectes du monde, Oscar Niemeyer, de proposer un projet.

Ancien assistant de Le Corbusier, Oscar Niemeyer, né à Rio de Janeiro en 1907 et mort en 2012 à l'âge vénérable de 104 ans, a collaboré aux plans du siège de l’ONU à  New York ; il est très célèbre pour avoir conçu Brasilia, la nouvelle capitale du Brésil. En France, il réalise à Paris, en 1971, le siège du Parti Comuuniste, la maison de la Culture du Havre en 1982 et la Bourse du travail de Bobigny.
   
Saint-Denis, ancien siège de L'Humanité - photo Jefopera
En février 1987, l'architecte brésilien envoie une esquisse tenant compte des contraintes du site et des bâtiments environnants ; il conçoit un bâtiment en Y, tout en courbes, qui s'intègre très bien dans son environnement. 
  
Niemeyer déclare : mon souci a été de rechercher une structure ouverte et belle sans sortir du cadre de la simplicité et de l’élégance. La décision est prise, la construction lancée et le bâtiment est inauguré en avril 1989.
  
Sept mois après, le mur de Berlin s'effondre et les peuples de l'Est se libèrent peu à peu des dictatures communistes. Les subsides de l'URSS se tarissant, les finances de l'Huma passent dans le rouge, et le coût d'entretien du bâtiment devient difficilement supportable. Le journal décide de le mettre en vente et part louer quelques étages face au Stade de France.
  
Après des mois de discussions, l'État en devient propriétaire, le 1er  janvier 2010, pour 12 millions d’euros. 
  
Puis, plus rien pendant des années. L'immeuble se détériore très vite, des squatters s'y installent, cassent des vitres et y mettent le feu. 
  
En 2015, l'Etat décide finalement d'y installer la sous-préfecture de Saint-Denis, et des travaux sont engagés, pour un budget de 20 millions d'euros. Ils pourraient s'achever à la fin de cette année.

2 commentaires:

JCMEMO a dit…

Je n'ai qu'un vague souvenir d'un batîment proche de la cathédrale ??? peut-être que je me trompe...
Bon week-end et
Amitiés de JC

jefopera@gmail.com a dit…

Oui, tu as raison, il est tout proche de la basilique.
Bon week-end
JF