jeudi 22 mars 2018

Festival de Saintes 2018

Abbaye aux Dames, Saintes
Avec Notre-Dame-la-Grande, chère à mon cœur de Poitevin, l'abbatiale de Saintes est l'une des plus belles églises romanes de France. 
  
C'est en son sein que se tient, depuis plus de 40 ans, un festival musical particulièrement intéressant, qui, au cours de ces dernières décennies, a fortement marqué autant le renouveau de la musique baroque religieuse -Bach en premier lieu- que l'émergence d'une nouvelle génération de musiciens. 
  
Le fait que l'Académie musicale de Saintes ait été dirigée pendant plus de 20 ans par Philippe Herreweghe (de 1982 à 2002) n'y est bien sûr pas étranger.
  
La saison 2018, qui se déroulera du vendredi 13 au samedi 21 juillet, propose un programme à la fois copieux et composé avec subtilité, avec une place privilégiée accordée cette année à la musique anglaise, de Dowland à Vaughan-Williams.
  
La voix sera bien sûr très présente, avec, pour ne citer que quelques uns des nombreux artistes, Léa Desandre, Deborah Cachet, les solistes de l'ensemble Gli Angeli Genève, le Banquet Céleste, la Maîtrise de Radio France ainsi que Lucile Richardot et l'ensemble Correspondances dans un passionnant programme de musique anglaise du 17ème siècle.
  
Il y aura même un opéra, plus exactement une "Pastorale héroïque", Issé, composée en 1697 par André Cardinal Destouches. Le livret, tiré des Métamorphoses d'Ovide, nous racontera "comment Apollon déguisé en berger trompa Issé".
  
Plusieurs pianistes de grande qualité seront au rendez-vous : Vanessa Wagner jouera du Liszt, Claire-Marie Le Guay des œuvres de Debussy, Dutilleux et Bach, Ronald Brautigam, au pianoforte, des compositions de Beethoven, Hoffman et Kalliwoda (illustre compositeur tchèque du 19ème siècle) et Bruce Brubaker interprétera, à la nuit tombée, dans l'église abbatiale, un programme Glass et Riley que j'imagine déjà bien planant.
  
Le 21 juillet, Philippe Herreweghe retrouvera le chemin de la Saintonge pour diriger le concert de clôture à la tête de son Orchestre des Champs-Elysées, dans une quatrième symphonie de Bruckner qui résonnera avec autant de majesté que de force poignante sous les voûtes de l'abbatiale.
  
Il y aura aussi Hugo Reyne et sa Symphonie du Marais, les quatre talentueuses musiciennes du jeune Quatuor Akilone et bien d'autres, mais le mieux est d'aller jeter un œil sur le site de l'Abbaye aux Dames.
  
  
Écoutons d'ores et déjà Lucile Richardot, dans un court extrait du Nisi Dominus de Vivaldi :
  


3 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

j'ai eu la chance de visiter (autrefois) cette magnifique abbatiale : Quel Cadre pour un Festival !
JC

jefopera@gmail.com a dit…

Oui, et moi, qui ai passé 20 ans à 50 kms, je crois bien n'y être jamais allé ! Le Festival est très séduisant et j'essaiera bien d'y aller quelques jours cette année, le tout étant de trouver de la place à l'hôtel, mais quel beau programme !!

Très bon week-end, enfin printanier.

JF

Serge17 a dit…

Venez tous nombreux à Saintes pour notre festival formidable Magnifique programme cette année, de beaux moments en perspective