vendredi 6 janvier 2017

L'ange du Bauhaus

Fondée en 1919 à Weimar par l'architecte Walter Gropius, l'école du Bauhaus avait pour projet de faire naître un mode de vie nouveau, fonctionnel, esthétique, accessible à tous, en faisant travailler main dans la main les différents corps de métiers.
  
Organisée comme une communauté d'artistes au parfum doucement libertaire (50 ans avant la Californie...), le Bauhaus a constitué, durant la petite douzaine d'années de sa courte vie, une puissante poche de résistance au déferlement du nazisme. Il ferma bien sûr dès 1933, avant d’essaimer dans le monde entier et de devenir une référence esthétique majeure –sinon la seule- de l’après-guerre.
  
L'exposition du Musée des Arts décoratifs permet de découvrir la grande diversité des disciplines enseignées (céramique, métal, vitrail, peinture, sculpture, tissage, publicité, graphisme, photo, théâtre) ainsi que les nombreuses figures qui ont fait partie de l'aventure (Klee, Kandinsky, Breuer, Moholy-Nagy, Josef Albers, Mies van der Rohe).
 
Je remarque notamment une série de très beaux d’objets prêtés par le Musée des Arts appliqués de Vienne, illustrant l’influence de la Sécession viennoise dans l’éclosion du mouvement du Bauhaus.
  
  

 
Au fil des salles, de nombreuses  photographies, issues des Archives du Bauhaus, montrent les artistes, professeurs et artisans, parfois entourés de leur famille, dans des scènes de la vie quotidienne pleine d'insouciance et de gaieté. Malgrè la crise, l'inflation et la montée du nazisme, il semblait faire bon vivre dans cette sympathique et bouillonnante communauté.
 
Je m'arrête sur l'une des photos, qui montre Walter Gropius avec sa fille Manon, à peine adolescente.
  
 
En 1915, Gropius avait épousé Alma, alors veuve de Gustav Mahler. Une petite Manon naquit en 1916. Une enfant douée et attachante, qui meurt brutalement en 1935, à peine âgée de 18 ans, après avoir contracté la poliomyélite. Alban Berg, grand ami d'Alma et qui aimait beaucoup Manon, dédia à la jeune fille le Concerto à la mémoire d'un ange.
     

1 commentaire:

Jean Claude Mazaud a dit…

Merci pour cet "éclairage" (mot à la mode que l'on entend partout...particulièrement au cours des infos d'Arte)
Merci donc pour cet éclairage sur un mouvement artistique que je connais mal..
Amitiés
JC