mercredi 4 janvier 2017

Broadway au Châtelet

En pleine crise de 1929, le producteur Julian Marsh mise gros sur un nouveau spectacle, Pretty Lady.
 
Lors des auditions, Peggy Sawyer, une jeune inconnue débarquant tout droit des fins fonds de la Pennsylvanie, impressionne par son talent et est embauchée pour jouer la doublure du premier rôle féminin.
  
Premier rôle tenu par une certaine Dorothy Brock, chanteuse sur le retour qui a décroché le job grâce aux 100 000 dollars versés à la production par son vieil amant, un Texan qui a fait fortune dans les voitures à pédales…
 
Mais Dorothy danse mal et elle se brise la cheville lors des répétitions. Ce sera la chance de la jeune Peggy, qui, au terme de péripéties, finira par triompher dans Pretty Lady.
   
Sur un livret de Michael Stewart et Mark Bramble, une musique de Harry Warren, 42nd Street est l’un des derniers grands spectacles traditionnels américains, avant l’arrivée, dans les années 1980, des productions londoniennes comme Cats (1982), Les Misérables (1987) ou The Phantom of the Opera (1988).
 
Éclatante déclaration d’amour à Broadway, le spectacle connût un immense succès, donna lieu à de nombreuses reprises et remporta le Tony Award de la meilleure chorégraphie en 1981. On raconte même que 42nd Street lança la carrière de Catherine Zeta-Jones, qui s’est retrouvée, de façon assez cocasse, dans la même situation que l’héroïne du show : engagée comme deuxième doublure, elle dût remplacer au pied levé la comédienne, puis la première doublure, tombées toutes deux brutalement malades.
  
Pour cette dernière production avant son départ et la fermeture du Châtelet pour 28 mois de travaux, Jean-Luc Choplin a mis le paquet : 16 tableaux de décors, un rideau étoilé avec 1 400 spotlights, des dizaines de chanteurs et danseurs sur scène dans des chorégraphies et numéros de claquettes à couper le souffle. 
  
On en prend plein les yeux, plein les oreilles, et l'envie de danser gagne les rangs d'un public aux anges, qui applaudit à tout rompre un spectacle étincelant qui fait un bien fou.
   

1 commentaire:

Jean Claude Mazaud a dit…

Tu es tout aussi enthousiaste que le promeneur du 68 (ami blogueur).
Nous avons loupé le coche : plus de places...
J'ai lu quelque part que le Chatelet (magnifique théatre) allait bientôt fermer pour travaux;
Bonne journée
Amitiés
JC