dimanche 11 décembre 2016

Jubilé pour le Festival de Saint-Denis

Le Festival s’apprête à fêter ses 50 ans. C’est l’une des rares manifestations musicales à pouvoir s’enorgueillir de cette longévité en France et en Europe. Et c’est sans doute la singularité du Festival, née d’une combinaison exigeante, qui lui permet d’atteindre cet âge : une Basilique royale du 12e siècle au cœur d’une ville populaire.
  
À l’approche de la cinquantaine, le Festival choisit de s’appuyer sur ses fondamentaux, de poursuivre l’élan et le renouveau de ses dernières années et d’accentuer sa dimension européenne.
  
Le Mahler Chamber Orchestra, brillante formation musicale basée à Berlin, est en résidence avec ses deux directeurs musicaux : Teodor Currentzis en ouverture, et Daniele Gatti au cœur du Festival.
  
Trois diptyques construits autour de Mahler, Mozart, et Monteverdi illustrent aussi bien ce qui a révélé hier l’identité du Festival, que ce qui la façonne aujourd’hui.
  
Au Chant de la Terre de Mahler, avec l’Orchestre National de France dirigé par Robin Ticciati, répond le Chant de la Nuit, par l’ensemble Le Balcon et Maxime Pascal.
Deux programmes Mozart avec le Chœur de Radio France : autour des Vêpres avec l’Orchestre Philharmonique dirigé par Sofi Jeannin, et le Requiem en clôture, avec le National dirigé par James Gaffigan.
  
Enfin Monteverdi et d’autres Vêpres célèbres, par la formation de référence, le Monteverdi Choir et Sir John Eliot Gardiner ainsi que l’Orfeo par Leonardo García Alarcón dans une mise en scène inédite de Jean Bellorini.
  
À côté de ces formes de grande ampleur dans la Basilique, nous proposons de retrouver à la Légion d’Honneur des récitals plus intimistes, de la musique ancienne avec Jean Rondeau et le contre-ténor Iestyn Davies, à la musique du 19e siècle avec la pianiste Varvara et Edgar Moreau.
  
Pour Métis, une nouvelle création est confiée à Ibrahim Maalouf avec des invités, et toujours au centre, sa fameuse trompette à quart de tons.
  
La musique est bien vivante. Vive la cinquantaine !

Nathalie Rappaport, Directrice du Festival de Saint-Denis

2 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

Bon anniversaire donc au Festival de St DEnis !
Je serais bien tenté par le Stabat Mater de Rossini ...mais c'est loin dans le temps et l'espace.
Amicalement.
JC

jefopera@gmail.com a dit…

Programme très alléchant pour fêter le Jubilé en beauté.

Il y a aussi les Vêpres de Monteverdi avec Gardiner, et sans doute, une réalisation spacialisée comme il l'a fait dans la Basilique Saint Marc. Le Mahler Chamber Orchestra sera là 3 soirs de suite.

Je vais aller chercher des places ce week-end, mais tu as raison, c'est encore bien loin.

Amitiés

JF