mardi 1 novembre 2016

Edme Bouchardon, sculpteur et musicien


Sculpteur du Roi, dessinateur de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Edme Bouchardon (1698 – 1762) est à l’honneur dans une exposition présentée au Louvre jusqu’au 5 décembre.

On commence la visite en découvrant une belle série de sanguines que l'artiste réalisa au cours de son séjour à Rome, d'après des monuments et des sculptures antiques.

Un peu plus loin, deux chefs d’œuvre absolus, particulièrement bien mis en valeur par l'installation : Le faune endormi, copie du Faune Barberini conservé à la Glyptothèque de Munich, et L’Amour se faisant un arc de la massue d’Hercule (illustration, Musée du Louvre), composition d’une grande force expressive qui illustre le triomphe de l’amour sur la force (illustration).
   
Entre un cabinet de médailles et une série de gravures, je découvre le portrait, peint par Bouchardon, de son ami, le violoniste et compositeur italien Francesco Geminiani, et j'apprends que Bouchardon, excellent violoncelliste, consacrait chaque jour une partie importante de son temps à la musique.
 
Ami de Haendel, avec qui il fît de la musique à la Cour de Londres en 1715, Geminiani est l’auteur d’une quarantaine de concertos grosso, de 26 concertos pour violon et de six sonates pour violoncelle et basse continue. L’une de ses partitions la plus connue reste toutefois le concerto grosso en ré mineur d’après La Follia de Corelli :
  

Aucun commentaire: