mercredi 13 avril 2016

L'opéra dans le monde, à travers quelques chiffres

Wiener Staatsoper
En me promenant dimanche sur le web, je suis tombé sur le site Operabase, qui compile des données statistiques sur les spectacles lyriques depuis de nombreuses années. Il recense ainsi plus de 385000 représentations sur la période allant de 1996 à 2014.
  
  
Je n’ai guère été surpris de découvrir l’Allemagne en tête de classement mais ne m’attendais pas à ce que la domination soit aussi écrasante. 
  
Pour la seule saison 2013-2014, au cours de laquelle plus de 26 000 représentations ont été enregistrées dans le monde, l’Allemagne en comptabilise à elle seule 7 565, ce qui représente 29 % du total. Avec respectivement 1 920 et 1 811 spectacles, la Russie et les Etats-Unis viennent assez loin derrière, suivis par l’Italie (1 268) et la France (1 266). L’Autriche se classe sixième, avec 1 252 spectacles.
  
Afin de mesurer l’intérêt que porte une population à l’art lyrique, il faut toutefois affiner l’analyse en rapportant le nombre de représentations à celui des habitants. On s’aperçoit alors que l’Autriche prend nettement la tête du peloton, avec un ratio de 149 représentations par million d’habitants. Suivent deux petits pays, l’Estonie et la Suisse (respectivement 98 et 96 représentations), puis l’Allemagne, avec 92,5 spectacles et la République tchèque. L’Italie se classe 19ème (21 représentations) et la France vingtième (19). Les Etats-Unis et la Russie sont reléguées derrière.
 
Berlin, Vienne et Moscou sont les villes où l’on joue le plus d’opéras (respectivement 581, 556 et 539 au cours de la saison 2013/2014), suivies par Londres, Saint-Pétersbourg, Budapest et Paris.
 
Du côté des compositeurs, Verdi domine assez nettement le paysage : ses opéras ont été ainsi mis à l’affiche plus de 3 000 fois entre 2009 et 2014. Puccini (2 062), Mozart (2 012), Wagner (1 131) et Rossini (960) lui emboîtent le pas, suivis par Donizetti (896), Bizet (623), Richard Strauss (490), Tchaïkovsky (476) et Haendel (461).
   
Bizarrement, Rameau et Lully, que l’on joue régulièrement en France, apparaissent loin derrière des compositeurs que je n'attendais pas, comme Humperdinck, Lehar et Kalman (très populaires en Allemagne, ce qui explique le classement compte tenu du poids relatif de ce pays dans les calculs). Dans le registre contemporain, Glass, Heggie et Adams apparaissent comme les trois musiciens dont les œuvres sont le plus souvent mises à l'affiche.
 
Sans grande surprise, les opéras les plus populaires sont, dans l’ordre, La Traviata, Carmen, La Bohème, Tosca, La Flûte enchantée, Madame Butterfly, Le Barbier de Séville, Rigoletto, Les Noces de Figaro et Don Giovanni.
 
L’œuvre la plus jouée de Wagner est Le Vaisseau fantôme, mais elle n’occupe que la 24ème place. J’ai été un peu surpris aussi de ne trouver Norma qu’à la 44ème place et Fidelio à la cinquantième. Quant à nos chers Rameau, Lully et Charpentier, ils sont totalement absents du top 50. Plus de 1 000 compositeurs sont néanmoins à l'affiche, dont une part non négligeable de contemporains, ce qui est un signe révélateur de la bonne santé de l'art lyrique à travers le monde.





2 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

Bonne idée que cet article passionnant qui révèle quelques surprises...
Paris fait figure honorable dans le classement des villes...Je ne m'y attendais pas.
PS : Aeux jours près nous avons ratée la retransmission d'un Roberto Devereux formidable d'après les échos ...
Beaucoup de mal à émerger !
Très Amicalement...

jefopera@gmail.com a dit…

Pour Roberto Devereux -que j'avais vu il y a quelques années à Marseille avec Mariella Devia, peut-être sera-t-il retransmis sur Mezzo d'ici quelques mois ....

J'imagine que le retour n'est pas aisé et attends tes premiers posts avec impatience. Bon courage en tout cas,

Amitiés

JeF