dimanche 27 mars 2016

A Vienne, sur les traces de Schubert

Schubert est né le 31 janvier 1797, dans le faubourg de Lichtental, au nord de Vienne, Nussdorferstrasse. A l'époque, 17 familles cohabitaient dans cette modeste construction. Son père, maître d'école, enseignait à plus de 100 enfants au rez-de-chaussée. Franz était le douzième de quatorze enfants, dont cinq seulement parvinrent à l'âge adulte.
 
La maison est aujourd'hui un musée où l'on découvre des fac-similés de partitions et certains objets ayant appartenu à l'artiste, notamment sa guitare et ses célèbres petites lunettes rondes.
    
Schubert apprend le violon et le piano avec son père et son frère mais, au bout de quelques mois, l'élève dépasse les maîtres. Il est alors admis, à 11 ans, dans le chœur de la chapelle impériale, ce qui lui permet d'étudier à l'Akademisches Gymnasium, internat viennois fréquenté par les fils de bonne famille.
 
Il bénéficie d'un enseignement de qualité, s'y fait des amis, joue, compose et chante à la Cour dans la chorale de la chapelle. Ses talents musicaux sont vite remarqués. L'un de ses professeurs de musique déclare Quand je voulais lui apprendre quelque chose, il le savait déjà.
 
Ses études achevées, Schubert essaie de seconder son père à l'école, mais s'en lasse rapidement. Je ne suis venu au monde uniquement pour composer confie-t-il à ses amis.

Vienne, Nussdorferstrasse, maison natale de Schubert - photo Jefopera
Schubert mène à Vienne une vie de bohème ponctuée de réunions musicales et littéraires où l'on buvait, riait et dansait sur des musiques qu'il improvisait, les fameuses "schubertiades".
 
Pas vraiment gâté par la nature, Franz est un garçon timide mais généreux et fidèle à ses amis, la plupart artistes, écrivains et musiciens. Comme il est toujours sans le sou, ces derniers l'aidaient régulièrement en lui procurant de l'argent, de la nourriture, du papier à musique, et parfois un toit.
   
Schubert travaillait sans relâche. En 17 ans à peine, de 14 à 31 ans, il a écrit plus de 600 lieder, 13 symphonies (achevées ou non), 15 quatuors, deux trios, une quintette, 6 messes, 9 opéras, 20 sonates pour piano. Quand j'ai fini une pièce, j'en commence une autre disait-il.
   
En 1823, il chope la syphilis auprès d'une prostituée, ce qui occasionnera tout au long de sa courte vie une succession de périodes de souffrance physique et de dépression.
      
Vienne, Kettenbrückengasse, maison de la mort de Schubert - photo Jefopera
Du 1er septembre 1828 jusqu'à sa mort, le 19 novembre, Schubert habite chez son frère Ferdinand, au 2ème étage de cette maison située Kettenbrückengasse.
 
Il s'agit d'un modeste appartement, que l'on peut également visiter. Au fond du salon, une porte donne sur une toute petite chambre, c'est là que le compositeur rendit son dernier souffle. On pense qu'il a été emporté par la fièvre typhoïde.
 
On y découvre au milieu du salon le piano de Ferdinand, sur lequel Franz composa quelques uns de ses plus grands chefs d'oeuvre : ses trois dernières sonates pour piano, le quintette à cordes avec deux violoncelles et son dernier lied, Der Hirt auf dem Felsen (Le pâtre sur le rocher).
  
Schubert est aujourd'hui enterré à côté de Beethoven, au cimetière central de Vienne. Son ami Franz Grillparzer a rédigé l'épitaphe : L'art musical a enseveli ici une riche possession, mais d'encore plus grandes espérances.
  


Aucun commentaire: