mercredi 24 juin 2015

Orgasmes à l'opéra : Tristan et Isolde (2/6)

Rogelio de Egusquiza, Tristan et Isolde
Après l'orgasme orchestral du Chevalier à la rose, une autre page très célèbre, la mort d'Isolde.

Melot, le vassal du Roi Marke, a mortellement blessé Tristan qui, veillé par Kurwenal, s’éteint lentement, souffrant aussi de l’absence d’Isolde. Lorsque la princesse arrive, il est trop tard, Tristan expire dans ses bras. Seule, dans la nuit, Isolde rejoint Tristan et meurt d'amour.

Mild und leise, doux et serein, comme il sourit chante-t-elle en contemplant le corps sans vie de son amant. Tristan est là, contre elle, déjà mort. Elle le regarde. Elle lui parle comme s'il était encore vivant et revit, dans une extase ultime, l’amour qu’il lui donna et lui fît.

La tension chromatique accumulée dans l'oeuvre va enfin se résoudre. Quand le repos s’installe, avec l’ultime accord de si majeur, Isolde connaît la joie suprême et son dernier instant de vie éclot en un paroxysme d’existence, de sensualité et d'amour.

Je me souviens d’un film, sorti en 1987 sans aucun succès, qui s’appelait Aria. C'est ce que l’on appelait dans les années 60 un "film à sketchs". 10 courts métrages, réalisés chacun par un metteur en scène différent, avec pour point commun d’utiliser tous une musique d'opéra. L'un d'entre eux m'avait bien plus marqué que les autres, celui de Franck Roddam, qui suivait les derniers instants d’un jeune couple, sur la route de Las Vegas jusqu’à leur chambre d'hôtel, dans laquelle, sur la musique de la Liebestod, ils s’ouvraient les veines après avoir fait l'amour. 

C’était sans doute un peu esthétisant, voire kitsch, mais c’était Jessie Norman qui chantait :

2 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

Et je n'y avais pas pensé !
je ne connais pas le film "Aria" : Etonnant contraste dans la vidéo entre les images de Vegas et la voix sublime de J. Norman...
Bon week-end et Amitiés
PS : j'ai vu que l'on redonnait Arthus sur Mezzo, je vais donc l'enregistrer.

jefopera@gmail.com a dit…

Oui, le fil mérite un coup d'oeil, même si tous les court-métrages sont loin d'être des chefs d'oeuvre.....