mercredi 26 novembre 2014

Festival de Saint-Denis 2015

Le Festival de Saint-Denis 2015 se déroulera du mardi 2 au vendredi 26 juin 2015. Le public pourra en profiter pour admirer la façade de la basilique, superbement restaurée après plusieurs années de travaux.

Le programme n'a pas encore été diffusé mais, en consultant le site de Radio France, j'ai vu que l'Orchestre National était annoncé pour 5 concerts :

Le 4 juin, une œuvre de Schumann peu connue, Le Paradis et la Péri, une vaste fresque chorale écrite en 1842 sur un livret tiré du roman Lalla Rookh de Thomas Moore. Une belle histoire autour du thème de la rédemption, qui a également inspiré le pape de l'orientalisme musical français, Félicien David, dans son opéra du même nom.
 
L’œuvre met en scène une Péri (génie de la cosmogonie iranienne) qui a été chassée du paradis. Elle pourra se racheter, lui dit l’ange qui en garde les portes, en rapportant «le présent le plus cher au Ciel». La Péri s’envole dès lors vers les Indes où, sur un champ de bataille, elle recueille une goutte du sang d’un vaillant guerrier agonisant. Mais ce premier présent est refusé. Elle rejoint alors l’Égypte dévastée par la peste, où elle saisit les derniers soupirs d’une jeune fille qui se sacrifie pour son bien-aimé. L’ange refuse également ce deuxième présent. Ce sera au Liban, dans la vallée de Baalbeck, qu’elle rencontrera la scène qui lui rouvrira les portes du paradis : un brigand meurtrier s’agenouille et verse des larmes de repentir devant un enfant.

Les 23 et 24 juin, un grand classique du Festival, le Requiem de Verdi, puis, les 2 et 3 juillet, le Requiem allemand de Brahms.

3 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

Décidemment il me faudra reprendre mon baton de pèlerin pour Saint-Denis (je veux dire la ligne 13)
Amitiés
JC

MartinJP a dit…

C'est toujours un peu le même programme me semble-t-il ?

jefopera@gmail.com a dit…

Non, il y a des constantes, bien sur, comme les grands Requiem ou les symphonies de Mahler, qui retentissent si bien dans la basilique, mais aussi des oeuvres beaucoup moins connues, souvent dans le domaine de la musique sacrée, comme Le Christ au mont des oliviers (Beethoven) il y a deux ans, puis l'année dernière Elias de Mendelssohn et en 2015 cette oeuvre de Schumann.
Comme on dit, le Festival réussit un bon mix..