samedi 5 avril 2014

Les Fontaines de Rome (Un tour du monde en musique 8 / 14)

Après Les Pins, Les Fontaines. Respighi les décrit en musique à quatre moments de la journée, où le caractère de chaque fontaine s’harmonise le mieux avec le paysage environnant et leur beauté s’impose le plus à l’observateur.

La Fontaine de Valle-Giulia à l’aube commence par une mélopée orientale au hautbois. C'est une pièce pastorale, toute en douceur, qui peint un paysage bucolique dans lequel des troupeaux passent et disparaissent dans la brume matinale.

La Fontaine du Triton le matin évoque, à l'aide de fanfares de cors sur les trilles de l’orchestre, des jets d'eau bondissants, au milieu desquels on imagine naïades et tritons batifolant joyeusement en dansant, riant et s'éclaboussant.

Marcello et Anita s'y baignaient la nuit mais Respighi préfère le soleil de midi pour évoquer la célèbre Fontaine de Trevi. Des fanfares éclatantes et solennelles annoncent l’arrivée du char de Neptune, trainé par des chevaux marins, escorté de tritons et de sirènes. Le cortège passe en majesté puis s’éloigne, tandis que résonnent encore des appels de trompette en sourdine. Les flots bouillonnants de la Fontaine de Trevi sont rendus avec beaucoup de fougue par cette musique solaire, dont certains traits font penser à des passages de la Symphonie alpestre de Richard Strauss.

En contraste avec la précédente pièce, Les Fontaines de la Villa Medicis au couchant nous ramène à une atmosphère paisible, douce, voire mélancolique, émaillée de chants d’oiseaux et du son lointain d’une cloche. C'est l'heure du crépuscule, une délicate lumière dorée enveloppe la fontaine. Les étoiles commencent à briller dans le ciel de Rome.


3 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

En dehors des trois oeuvres que tu cites et que j'aime beaucoup, je ne connais rien de Respighi...

jefopera@gmail.com a dit…

Moi non plus, ses opéras sont tombés dans l'oubli, très peu enregistrés, jamais donnés (sauf peut-être, mais rarement, en Italie).

MartinJP a dit…

On ressent encore plus dans ces pièces ce que je percevais avec la précédente, à savoir la ressemblance ou plutôt l'annonce des musiques de films.