samedi 2 novembre 2013

Chailly et Brahms enflamment Pleyel

Le week-end dernier, Riccardo Chailly et le Gewandhaus de Leipzig étaient à Pleyel pour une intégrale, en quatre concerts, des symphonies et des concertos de Brahms.

On ne va pas présenter le Gewandhaus, juste rappeler que c'est en grande partie à partir de lui que s'est développée la renommée de Brahms dans l'univers musical et que, lors de la saison 1913 1914, le premier cycle Brahms y a été donné sous la baguette d'Arthur Nikisch -que Brahms connaissait et appréciait.

Un siècle plus tard, Riccardo Chailly renouvelle l'approche et livre un Brahms fougueux, solaire et lyrique, comme on ne l'avait peut-être jamais entendu.
  
Dans un entretien récent accordé à Libération, le chef déclare : J’ai 60 ans, j’ai gagné en confiance et en liberté. Je ne me sens plus tenu par l’héritage de chefs comme Mengelberg. J’ai récemment lu "Brahms et la tradition de Meiningen", cet essai de Walter Blume basé sur l’étude des partitions annotées par le chef Fritz Steinbach, dont Brahms approuvait les interprétations, comme il appréciait celles de Felix Weingartner qui vécut assez longtemps pour les enregistrer. Il y a une vraie tradition brahmsienne à Leipzig. Brahms est venu ici pas moins de seize fois et tous les témoignages de l’époque nous disent qu’il n’aurait pas apprécié les excès interprétatifs auxquels se sont livrés certains chefs de la seconde moitié du XXe siècle. Ce qu'on peut traduire en trois mots : lenteur, pesanteur et épaisseur.

Chauffé à blanc, le Gewandhaus donne tout. Les tempos sont vifs mais totalement maîtrisés, les dynamiques et la beauté sonore approchent la perfection. Tonnerre d'applaudissements, rappels multiples et un seul regret, celui de n'avoir pris des places que pour le premier concert. Heureusement, il y a le coffret Decca.


5 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

Mémorable soirée donc...
J'ai lu quelque part que Riccardo Chailly devrait succéder à Barenboïm en qualité de Directeur musical de la Scala...
Bon week-end
Amitiés.
JC

jefopera@gmail.com a dit…

En plus, il est milanais et il connait la maison pour y avoir assisté Abbado, il y a déjà quelques années. En tout cas, c'est un très très grand chef
Bon week-end également
JF

Anonyme a dit…

excellente nouvelle, autant pour la qualité musicale que ( surtout) pour la mise scène; j'imagine mal le formidable Chailly cautionner certaines mises en scène couvertes par Barenboim

jean75006 a dit…

a découvrir également ses Bruckner,, Mahler et son intégrale Varese. Sans doute le chef le plus intéressant du moment, qui a ringardisé les baroqueux avec un brio stupéfiant

MartinJP a dit…

J'ai toujours eu un peu de mal avec Brahms mais un dégraissage sera peut être utile !