mercredi 9 octobre 2013

Merci Natalie

Natalie Dessay a annoncé la semaine dernière qu'elle quittait l'opéra. Dans une interview au Figaro, elle s'explique sur cette décision, très directement, sans langue de bois. Bref, fidèle à elle-même, comme on l'aime :


Elle va nous manquer, bien sûr. Mais il s'agit d'un choix grave et intime sur lequel personne ne doit porter de jugement. Juste lui dire merci pour les moments de bonheur et d'émotion qu'elle a apportés à son public depuis plus de 20 ans.

J'ai découvert Natalie à la fin des années 90, sur France Musique. Conquis par la beauté de son timbre et la force de ses interprétations, j'étais allé acheter l'enregistrement de Lakmé qu'elle a réalisé avec Michel Plasson et l'orchestre du Capitole, en 1998.

En 2001, j'ai eu la grande chance d'être invité à deux générales au Châtelet, pour Hamlet d'Ambroise Thomas, puis pour Lucie de Lammermmoor, la version française de l'opéra de Donizetti.

Il fallut attendre 2006 pour que je puise la revoir sur scène, à Bastille, dans une Lucia inoubliable. C'était la première fois que Jean-Laurent m'accompagnait. Nous eûmes par la suite de nombreuses et magnifiques soirées à l'Opéra de Paris mais de plus belle, je ne sais pas.

Et puis, il y eût ce rendez-vous raté de 2009, pour La Somnambule, toujours à Bastille. Natalie était souffrante, la déception fût à la hauteur des difficultés que j'avais eues pour trouver deux places.

Mais heureusement, entre les disques et les DVD, j'ai pu la voir et l'écouter dans la plupart des opéras qu'elle a interprétés. Le tout dernier étant le très beau documentaire de Philippe Béziat, Traviata et nous.

La voici dans l'air de la folie d'Ophélie d'Hamlet, un rôle qu'elle a fait renaître et incarné à la perfection :


5 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

Oui , merci à Natalie..
Peut-être cet abandon est-il réaliste :
Même un admirateur comme moi a souffert (pour elle) lors de la diffusion de (avril 2012) depuis le Met de sa dernière Traviata (seul l'acte ultime a été sauvé grâce à ses talents de comédienne).
Je possède la video (Liceo 2003) du Hamlet d'Ambroise Thomas où elle est, tout comme son partenaire Keenlyside, remarquable (l'extrait que tu proposes me semble d'ailleurs provenir de cet enregistrement).
Bon weekend
JC

jefopera@gmail.com a dit…

Oui, elle part au sommet de sa carrière, et c'est sans doute mieux comme cela. On la reverra sans doute sur les planches.......

Anonyme a dit…

Et pour ma part, cher Jean-François, je l'ai vue et entendue à Aix dans La Traviata et elle était magnifique quoiqu'on en dise !

Denis L

jefopera@gmail.com a dit…

Ai découvert cette production grâce au très beau film de Béziat, Traviata et nous. Mais la voir sur scène devait être effectivement inoubliable.

MartinJP a dit…

Quitter la scène au sommet de son art est une noble attitude pour laquelle j'ai le plus grand respect. et quel spectacle affligeant que de voir toutes ces momies qui se croient indispensables et admirables (surtout dans les variétés)