samedi 28 septembre 2013

Ravel, Poulenc et les gamelans

Gamelan balinais - photo : Jean-Laurent Juliéno
Un voyage en Indonésie est toujours l'occasion d'aller admirer un spectacle de danse traditionnelle. 

A Bali, ce qui frappe d'emblée, c'est son caractère très populaire. Les habitants d'un village, quel que soit leur âge ou leur profession, participent au spectacle ; les jeunes gens et les jeunes filles dansent, les hommes plus âgés jouent de la musique. La plupart des 2 000 troupes que l'on compte à Bali sont ainsi formées de villageois qui, le jour de la fête, endossent masques et habits chatoyants.

C'est essentiellement la musique qui mène et rythme l'action et donne sa force au spectacle. Elle est jouée par un gamelan, c'est-à-dire un orchestre formé de gangsus -xylophones à lames de bronze amplifiés par des résonateurs en bambou. Dès qu'ils ont frappé une note, les musiciens en étouffent la vibration en posant la main sur la lame. Le gamelan comprend aussi des tambours, des cymbales, un petit gong, parfois une flûte. Un gamelan de village peut compter une trentaine de musiciens.

A Java, la présence de la voix humaine permet de qualifier ce spectacle de véritable opéra : les danseurs lancent des petites mélodies assez proches de nos récitatifs accompagnés et, assise devant le gamelan, une chanteuse commente de ses mélopées ce qui se passe sur scène -le plus souvent une scène extraite de l'épopée hindoue du Ramayana.

Maurice Ravel a découvert le son des gamelans en 1889, à l’occasion de l’Exposition Universelle de Paris. Fasciné par ces gammes envoûtantes, il a, dans plusieurs de ses œuvres, cherché à en traduire les sonorités à l’orchestre. 

C'est particulièrement frappant dans une pièce de Ma mère l'Oye qui porte un nom de drag queen, Laideronnette impératrice des pagodes. L'atmosphère sonore des gamelans est ici rendue par l'utilisation de la gamme pentatonique dans l'écriture et la présence du gong et des cymbales dans l'orchestration :



Poulenc également, sans doute à l'occasion de l'exposition coloniale de 1931. Son concerto pour deux pianos est une oeuvre assez kitsch qui fait successivement entendre des rythmes stravinskiens, une mélodie un peu sirupeuse à la Rachmaninov, des citations directes de trois concertos de Mozart (20, 21 et 26), des rengaines de music hall, des clusters de jazz et .... des gamelans balinais.

Dans cette interprétation du concerto donnée par les deux créateurs de l'oeuvre, le compositeur et son ami Jacques Février, il faut bien faire attention, à partir de la minute 5.40 : tandis que le premier piano imite le son d'un gamelan, l'autre joue une petite mélodie, qui n'est autre que l'adagio du concerto en sol de Ravel, créé l'année précédente.


4 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

Heureux de retrouver tes chroniques...
J'ai séjourné quelques semaines à Bali en 2009 et j'en garde un souvenir ému (à l'exception de la circulation complètement folle sur certaines routes - un chauffeur local s'impose...)
Nous y avons entendu pas mal de musique,j'ai beaucoup aimé mais je ne me doutais pas que Ravel et Poulenc...
J'ai été "initié" par un sympathique musicien au maniement des baguettes et j'ai pu tirer des sons tout à fait remarquables.....d'un gambang !
Amitiés
JC

jefopera@gmail.com a dit…

Pas évident de reprendre le collier après des semaines aussi belles et dépaysantes.

La circulation à Bali est devenue infernale, avec la multiplication des voitures et des petites motos. Dans le sud, et sur la route d'Ubud, on reste coincé dans les embouteillages comme sur le périph.
Sinon, l'île est toujours aussi magique et ses habitants sympathiques.

Les gamelans de Lombok sont enrichis de percussions qu'on ne trouve pas à Bali et, à Java, des voix se superposent au son des instruments.
C'est une musique envoûtante dont je ne me lasse pas, musique bien planante, qui a du beaucoup plaire aux babas qui ont découvert Bali dans les années 60.
Ce qui est bien, c'est que la tradition est restée ancrée dans les villages et n'est pas encore devenue un truc artificiel pour les touristes...
Des projets de voyage ?
Amitiés
JF

Anonyme a dit…

Très tresinteressant merci

Bob Miami a dit…

Nice; read your blog with Google translation, not too bad
Bob from Florida