mardi 30 juillet 2013

Jorge Viladoms-Weber

Philippe Cassard, qui anime chaque mercredi matin sur France Musique un atelier passionnant (Le matin des musiciens), recevait récemment un pianiste mexicain, Jorge Viladoms-Weber.

Lorsque j’ai vu la photo de ce jeune homme sur Internet, je me suis dit que la nature, en distribuant ses grâces, ne l’avait pas oublié : un physique de top model, un talent incroyable et une personnalité très attachante. 

Né en 1985 au Mexique, Jorge apprend le piano très tard, vers 15 ans. D’abord avec des leçons privées puis, de façon plus intense, à 18 ans, au Conservatoire de Lausanne, dans la classe de Pierre Goy.

Et en à peine 10 ans -ce qui est prodigieux-, il gagne sa place parmi les meilleurs. Lauréat de plusieurs concours internationaux, il suit les masterclass de grands pianistes, notamment Jean-Philippe Collard, Paul Badura-Skoda, Anne Queffélec et Philippe Cassard.

Jorge se produit en Suisse, en Allemagne, en France et bien sûr dans son pays natal, le Mexique, où il se rend plusieurs fois chaque année. 

En 2011, il est nommé professeur de piano au Conservatoire de Lausanne.

Au cours de l’émission, il a joué quelques pièces de Chopin (un Nocturne et la Fantaisie Impromptu), Sospiro de Liszt et la sonate Au Clair de lune de Beethoven, dans un style précis et chantant, naturel et limpide, sans aucune affectation. Interprète inspiré, il sert la musique avec respect, sensibilité et transmet d’emblée son émotion.

Sur son site internet, je découvre que Jorge écrit aussi des nouvelles et des poèmes, pour lesquels il a reçu plusieurs prix littéraires.


Jorge a créé en 2012 la fondation Crescendo con la Musica dans le but de donner accès à la musique à des enfants pauvres du Mexique, notamment par la possibilité d’avoir un instrument et une formation musicale de qualité. 

Ce jeune homme n’a pas que des talents, il a aussi un cœur, et l’entendre parler avec passion et empathie de ce projet était au moins aussi beau que de l’écouter et de le regarder jouer du piano.

5 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

Belle découverte que ce jeune pianiste aux talents multiples alliés à la beauté...
Ainsi que je l'ai lu sur son site :
"Là où est la musique, il n'y a pas de place pour le mal." (Cervantes)
Bonne journée à toi.

jefopera@gmail.com a dit…

Merci pour cette belle citation, je vais la retenir !
Bonne journée également,
Amitiés
JeF

Lydie a dit…

Avec un tel canon, comment ne pas aimer chopin ?,,,

Anonyme a dit…

S'il passe par Montpellier, qu'il vienne donc dîner et essayer mon Steinway modèle A de 1916 !
Terje

jefopera@gmail.com a dit…

ce doit être un superbe engin....