mercredi 15 mai 2013

Les Pêcheurs de perles à l'Opéra du Rhin

Les Pêcheurs de perles sont à l’affiche à l’Opéra du Rhin. Je suis très heureux d'aller revoir bientôt ce délicieux opéra de Georges Bizet, qui est toujours resté un peu dans l’ombre de Carmen. Je l’ai découvert il y a une bonne vingtaine d’années, au Grand Théâtre de Reims, dans une production assez kitsch dont je me souviens encore très bien, notamment pour y avoir écouté pour la première fois l'air célèbre Je crois entendre encore.

Un air que les cinéphiles connaissent bien parce qu’il a été intégré aux bandes originales de plusieurs films, notamment en 2005, par Woody Allen dans Match Point et Pascal Thomas dans Mon petit doigt m’a dit.

Nous sommes à Ceylan, dans un petit village de pêcheurs. Deux garçons musclés à la peau cuivrée, qui répondent aux doux prénoms de Nadir et Zurga, s’aiment d'un amour profond :


Mais un matin, une jeune prêtresse de Candi, la belle Leïla, débarque dans leur village, les ensorcèle et sème entre eux discorde et jalousie. 

L'Orchestre symphonique de Mulhouse est dirigé par Patrick Davin, la mise en scène signée par Vincent Boussard, Nadir interprété par Sébastien Guèze, Zurga par Etienne Dupuis et le rôle de Leïla chanté par Annick Massis.

Je suis impatient de pouvoir enfin écouter et voir sur scène cette merveilleuse chanteuse. On la connait moins que Natalie Dessay ou que Véronique Gens et pourtant, Annick Massis est l’une des plus grandes sopranos françaises. Avec une bonne cinquantaine de rôles à son répertoire (Mozart, Bel Canto et ensemble de la musique française, de Rameau à Poulenc), elle poursuit une carrière internationale de premier plan. Parmi ses dernières apparitions, on peut citer Lucia Di Lammermoor, en 2011, au Staatsoper de Vienne, L’Enfant et les Sortilèges en 2012, à l’Opéra de Monte-Carlo, Le Comte Ory à Marseille et Violetta à l’Opéra de Liège. 

Pour mieux faire connaissance avec elle, aller sur son site (il y a une belle série de photos très glamour) :


Annick Massis a déjà chanté le rôle de Leïla, à la Fenice en 2004. Dynamic (distribué par Codaex) a publié un DVD et un coffret CD de ce spectacle, à propos duquel Charles Dupèchez, dans Le Monde de la Musique, avait salué l'interprétation rayonnante d'Annick Massis, la beauté et la sensibilité de ses phrasés, l'aisance de ses aigus, la chaleur de son timbre... une Leila de rêve, digne de ses glorieuses aînées.


3 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

Oui, c'est elle, c'est la Déesse..
Comme tu as de la chance !
A ma grande honte je m'aperçois que je n'ai jamais vu, ni même écouté en entier, cet opéra.
Trés bon Brownlee.
Je crois que tu avais déja publié le fameux duo (Philadelphie).
Je découvre enfin Annick Massis (mieux vaut...)
J'attend la suite avec impatience
Amitiés

JanedeMulhouse a dit…

Très beau spectacle, mais mise en scène assez déroutante, il faut y aller pour Annick Massis avant tout
Jane

MartinJP a dit…

Oui, un très bel opéra, exigeant vocalement et dont la mise en scène doit être subtile et colorée.....j'espère que ce sera le cas