lundi 1 avril 2013

Saison 2013 2014 de l'Opéra Comique

Jérôme Deschamps présente la saison 2013 2014 de l'Opéra Comique :

Chers spectateurs, chers abonnés, chers mécènes, chers partenaires,

C’est avec un plaisir particulier que je vous présente cette septième saison à l’Opéra Comique, un plaisir dû à ma reconduction qui récompense le travail de toutes les équipes du théâtre, mobilisées depuis 2007 afin de rendre à la Salle Favart sa beauté, sa convivialité, son efficacité et sa place dans le paysage lyrique.

De novembre 2013 à juin 2014, huit grandes productions et leurs festivals investissent la Salle Favart, la Salle Bizet et le Foyer. La saison ouvre et ferme avec une création lyrique.

La première, Written on Skin de George Benjamin, est déjà internationalement plébiscitée. La dernière, Robert le Cochon de Marc-Olivier Dupin, est inédite et spécialement destinée aux familles. Comment mieux démontrer que l’Opéra Comique veille toujours à conjuguer proximité et exigence, inventivité et convivialité ?

Des opéras en version de concert aux récitals intimistes, des concerts d’orchestre aux cycles de musique de chambre, des colloques aux opéras racontés aux enfants, la variété de notre saison témoigne de cet engagement constant.

Entre les créations de novembre 2013 et de juin 2014, la musique française est à l’honneur avec deux grands titres «maison», Lakmé de Léo Delibes et une reprise de Pelléas et Mélisande, ainsi qu’avec deux chefs-d’œuvre proches par l’esprit de l’opéra-comique : Platée, première comédie lyrique signée Rameau, et Ali-Baba, une grande opérette de Charles Lecocq. Comme l’Opéra Comique reste le lieu des rencontres fécondes et renouvelées entre littérature, musique et théâtre, notre programmation valorise aussi des ouvrages aux formes originales : le Manfred de Schumann, l’Histoire du soldat de Stravinsky, El amor brujo de Manuel de Falla.

Ces spectacles sont les fruits de coproductions et/ou appelés à voyager, tandis que nos productions antérieures continuent à être diffusées et que les captations de certaines d’entre elles, comme le DVD d’Atys, ont reçu de nombreuses distinctions : cette politique, indispensable à l’équilibre économique du théâtre, répond aussi à notre objectif de diffusion et de valorisation.

La saison se déploiera dans un théâtre encore plus beau et confortable : la toiture, les équipements scéniques et les accès ont été rénovés grâce à l’engagement de l’État qui a suppléé à la générosité déterminante du World Monuments Fund pour rendre au Foyer sa splendeur originelle.

Forts du succès de la première édition de l’Académie de l’Opéra Comique, nous poursuivrons l’aventure de la transmission et du partage avec une deuxième promotion de huit jeunes chanteurs, futurs passeurs d’un répertoire que vous êtes nombreux à retrouver ou à découvrir dans l’intimité et l’acoustique incomparables de la Salle Favart. L’enthousiasme des jeunes interprètes qui nous rejoignent répond à la fidélité des grands artistes et des ensembles prestigieux que vous retrouverez au fil de ces pages.

Comme eux, nous vous savons, chers spectateurs, abonnés, mécènes et partenaires, toujours plus sensibles au rayonnement international de ce grand théâtre, à son rôle dans la vie culturelle parisienne, à l’identité singulière des spectacles créés dans ce lieu mythique.

Vous trouverez dans ces pages les projets qui ouvrent de nouvelles perspectives à l’horizon du tricentenaire de l’Opéra Comique en 2015. Reconstitution virtuelle des archives, développement de l’Atelier de costumes, expositions, multiplication des actions de médiation : tous ont besoin de votre soutien vigilant.

Je veux pour finir remercier le conseil d’administration présidé avec conviction par Maryvonne de Saint Pulgent, Olivier Mantei, les Amis et Mécènes de l’Opéra Comique admirablement mobilisés par Charles- Henri Filippi, et bien entendu la formidable équipe du théâtre : ensemble et avec vous, réaffirmons la valeur suprême du spectacle vivant conçu non comme produit de consommation mais comme lieu de réflexion, d’ouverture et de partage.

3 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

Je suppose que tu as fait ton choix...
La Salle Favart semble prendre de plus en plus d'importance.
A bientôt.

jefopera@gmail.com a dit…

Oui : Lakmé (très heureux de pouvoir enfin le voir et l'écouter à la scène), Platée et Ali Baba !!

EvaBarti a dit…

La création se passe à Favart et au Chatelet, bien plus quà l'Opéra de Paris...... Dommage