samedi 15 septembre 2012

La porte fantôme

Mon ami Nikita est depuis plusieurs semaines en déplacement professionnel à Kiev. L'autre jour, en échangeant quelques mots avec lui sur Facebook, je lui ai demandé de m'envoyer une photo de la Grande Porte de Kiev. 

Je venais d'entendre à la radio Les Tableaux d'une exposition, de Moussorgsky, dans leur version orchestrale, et ne parvenais pas à m'en ôter la mélodie de la tête. Alors, je me suis dit qu'en faisant un post sur le sujet, je parviendrai peut-être à oublier cet air passablement obsédant.

Jusqu'à ce que je m'aperçoive que le pauvre ne pourrait jamais m'envoyer de photo, car la Grande Porte n'a jamais existé. Désolé Nikita, loin de moi de vouloir t'envoyer à la chasse au dahut ou à la recherche de la pierre philosophale...

Le 4 avril 1866, le tsar Alexandre II échappe de justesse à un attentat dans la capitale de l'Ukraine. Afin de commémorer cet événement, un concours est ordonné pour la construction d'une grande porte à l'entrée de Kiev, là où le souverain a failli perdre la vie.

Victor Hartmann, artiste et architecte, est candidat à ce concours. Il dessine un projet de porte massive, dans le style russe ancien. Le projet fait sensation et l'architecte lui-même déclare avoir créé le plus bel ouvrage de sa carrière. Mais il n’y aura pas de vainqueur dans cette compétition d’architectes : faute d’argent, le projet est annulé.

Hartmann meurt en 1873. Un an après, Vladimir Stassov, directeur du département artistique de la Bibliothèque impériale de Saint-Pétersbourg, organise une exposition à sa mémoire. Moussorgsky, qui était ami avec Hartmann, compose alors une série de pièces pour piano en choisissant 10 des 400 peintures présentées. Les morceaux sont introduits et reliés par une série de promenades, variations d’un même thème qui décrit la visite du spectateur, de toile en toile.

A la demande du chef d'orchestre russo-américain Serge Koussevitzky, Maurice Ravel orchestre en 1922 plusieurs tableaux, dont, bien sûr la magistrale Grande Porte de Kiev :


De Kiev, Nikita m'envoie quelques photos de la Porte Dorée qui elle, existe réellement. Mais, me dit-il, elle est encombrée de tous les côtés par des voitures et vendeurs de fruits et légumes à la sauvette, bref, une horreur. L'espace est complètement bouché et très mal mis en avant". A nous faire regretter la Grande Porte d'Hartmann.



2 commentaires:

JCMEMO a dit…

Je croyais "dur comme fer" qu'elle existait.! Il me semblait même avoir vu une photo....autre titre de tableau dont je me souviens "le marche de Limoges"....
Très jeune j'ai aime ces tableaux dans sa version orchestrale. Plus tard j'ai apprécié également la version piano.
Bon dimanche.

Anonyme a dit…

Super intéressant, merci