mercredi 29 février 2012

Maria Callas à Epidaure

Théâtre d'Epidaure, photo Jefopera
Situé au Nord-Est du Péloponnèse, dans une belle vallée entourée de montagnes, le sanctuaire d'Epidaure était dédié à Asclépios, dieu de la médecine. Ce dieu avait pour attribut un bâton enroulé de deux serpents, le caducée, qui nous est resté en tant que symbole de la médecine. Durant l'Antiquité, les pèlerins accouraient de toute la Grèce pour s'y faire soigner. Comme dans tous les sanctuaires grecs, des épreuves sportives et théâtrales étaient organisées en l'honneur des dieux. 

On a a retrouvé à Épidaure des vestiges très importants, temples, équipements sportifs mais le site est surtout célèbre pour son théâtre, le mieux conservé et le plus beau de tous les théâtres grecs antiques. Probablement construit au début du IIIe siècle avant JC, il est parvenu jusqu'à nous dans un état exceptionnel. Doté d'une acoustique exceptionnelle, il pouvait accueillir plus de 12 000 spectateurs.

Depuis 1954, le théâtre est le cadre du Festival d'Épidaure : tous les vendredis et samedis soirs, de juin à septembre, sont représentés des drames antiques et des opéras. Maria Callas, enfant du pays, y a chanté Norma en 1960 et Medea un an plus tard. Son compatriote Dimitri Mitropoulos était à la baguette. 

Pas de captation disponible sur Youtube, mais une belle évocation de Medea, dans la mise en scène d'Alexis Minotis, présentée à Dallas (1958), Londres (1959), Milan (1961 et 1962) et Epidaure (1961). La bande-son est celle de l'enregistrement de studio de 1957, chœur et orchestre de la Scala sous la direction de Tullio Serafin. Giasone est chanté par Mirto Picchi :

3 commentaires:

JCMEMO a dit…

Que peut-on ajouter ?
Merci à toi..
Amitiés

MartinJP a dit…

Oui en effet, il s'agit d'une belle évocation qui donne envie d'aller assister au Festival (et de soutenir nos amis grecs qui vivent des moments douloureux).

jefopera@gmail.com a dit…

Il faut espérer que le Festival va perdurer...