mercredi 7 décembre 2011

Racha joue Bach et Haendel

Récital de Racha Arodaky, hier soir, au Goethe Institut, dans le cadre de Classiques en suites. Atmosphère chaleureuse et bon enfant mais la salle est rapidement comble et on refuse du monde.

En écho à deux de ses récents enregistrements, Racha nous propose un programme Haendel, Bach et Rameau. Elle ouvre son récital par quelques mots de présentation pour nous rappeler que ces trois génies sont presque totalement contemporains : Bach et Haendel sont nés en 1685, Rameau en 1683.

Contemporains mais bien différents, par leur parcours, leur sensibilité et leur style, même s'il leur arrive parfois de lorgner par dessus l'épaule du voisin pour lui piquer une jolie mélodie...

Différents mais certainement pas ennemis. La jeune pianiste rappelle fort justement qu'il est absurde de les opposer tant ils se complètent et se répondent, dans l'amour de la musique.

Le jeu de Racha Arodaky est un pur ravissement, précis, virtuose bien sûr, mais aussi très délicat, d'une grande et belle expressivité. Ses mouvements lents sont de longues méditations attendries et voluptueuses qui invitent à l'abandon. Comme ce sublime largo de Vivaldi transcrit par Bach : donné en bis hier soir, c'est aussi lui qui ouvre le nouveau disque de Racha consacré à Bach, récital magnifique qui comprend les trois premières partitas et quelques pièces isolées.

Avant Bach, Racha Arodaky a enregistré des CD consacrés à Mendelssohn, Scriabine, Scarlatti et Haendel, dont voici la célèbre Sarabande :

2 commentaires:

JCMEMO a dit…

Plaisir de te retrouver avec cette sarabande que j'ai bien appréciée et Racha Arodaky que je ne connaissais pas (tu vois combien est profond le gouffre de mes ignorances !)
Amitiés
JCMEMO

jefopera@gmail.com a dit…

J'ai découvert Racha récemment aussi et espère bien l'entendre dans Schumann ou Chopin.....