dimanche 6 novembre 2011

Pelléas à Moscou

Le film de Philippe Béziat, Pelléas et Mélisande, le chant des aveugles, relate les coulisses de la première, à Moscou, de l'opéra de Debussy. C'était en 2007, un peu plus de 100 ans après la création parisienne.

Au-delà du documentaire, le film laisse une large part aux extraits de la représentation et donne souvent la parole aux chanteurs et musiciens. C’est d’autant plus intéressant que pour beaucoup d’artistes russes, la musique de Debussy est une vraie découverte.

Certains sont enthousiastes, comme cet altiste, qui compare la musique de Debussy aux mosaïques lumineuses et colorées qu’il voyait, enfant, au fond de son kaléidoscope. Moins convaincu, un grand et large barbu à la figure d’archimandrite s’avoue décontenancé d'interpréter une musique qui ne lui permet pas d’offrir au public tout ce que sa voix de basse recèle de puissance et d’expressivité. Et puis cette belle scène, avec une très vieille dame, distinguée et joliment maquillée, qui évoque avec élégance sa découverte des impressionnistes français au cours d’une exposition organisée à Moscou dans les années 60.  

A la baguette, Marc Minkovsky, nous donne une leçon de musique exemplaire sur l’art de Debussy. Tout cela fait aisément passer les sentences obscures et pontifiantes d'Olivier Py, dont la mise en scène, une fois de plus, ne me convainct guère.
  
Un conseil toutefois avant de regarder le film : réviser son Pelléas, sinon, tout risque de vous paraître un peu ésotérique et confus.

3 commentaires:

JCMEMO a dit…

J'aime beaucoup la comparaison (évoquée dans ton message) de la musique de Debussy aux images d'un kalédoscope...
Même si je n'ai jamais assisté à un représentation, l'écoute de Pelleas m'a fasciné trés jeune et trés longtemps : un véritable envoutement qui a cessé brutalement, un jour, lors d'une retransmission à la TV (laquelle ? - j'ai oublié).Depuis plus rien...Je ne sais si je dois voir ce film !
Amitiés.

MartinJP a dit…

Opéra bizarre qui me fait toujours dormir, ou il ne se passe rien. Absence de mélodie, musique langoureuse et mortifère. Je comprends qu'avec ces ingrédients, un soupçon de Py Py ait fait déborder le vase de nuit.

jefopera@gmail.com a dit…

LOL !!!