mercredi 9 novembre 2011

Donizetti et la duchesse excentrique


Elle n'est pas seulement l'aristocrate la plus titrée au monde, elle est aussi l'une des plus excentriques. Maria Del Rosario Cayetana Fitz-James Stuart, Grande d'Espagne et 18ème duchesse d'Albe, titulaire de 7 duchés, 19 marquisats, 23 comtés, 1 vicomté, 1 baronnie et d’une multitude d'autres titres honorifiques, vient de convoler en troisièmes noces, le mois dernier, à Séville. A 85 ans, elle s’est unie à Alfonso Diez Carabantes, un jeune et fringant fonctionnaire de 24 ans son cadet.

Comme les précédents, le troisième mariage de la duchesse fut enveloppé d'un joli parfum de scandale : le premier, en 1947 avec Don Pedro Luis Martinez de Irujo y Artacoz, avait à l'époque été qualifié de "plus cher de l'histoire" et considéré comme ayant jeté un peu d'ombre sur celui de la future reine d’Angleterre, qui eût lieu un mois après. Après le décès de son époux en 1972, elle porte son dévolu sur un jésuite défroqué, Jesus Aguirre y Ortiz de Zárate (décédé en 2001). Nouveau scandale.

La presse espagnole a révélé que le roi Juan Carlos a téléphoné à l'octogénaire déjantée pour lui faire part de son opposition à ce troisième mariage. Les héritiers de la duchesse n’étaient pas non plus vraiment enthousiastes à l’idée de voir menacé leur considérable héritage : quelques 30 000 hectares de terres subventionnées par la politique agricole commune, une vingtaine de palais et propriétés remplis d’objets d’art et de pièces de grande valeur, une première édition de Don Quichotte, la première carte de l’Amérique de Christophe Colomb, le testament de Ferdinand le catholique et des œuvres de Goya, Velasquez, Rubens, Rembrandt, Picasso, Renoir ou du Titien en veux tu en voilà. Compliqué à évaluer - entre 600 millions et 3,5 milliards, mais sans doute l’un des plus importants d’Europe.

Pour calmer tout le monde et faire la fête l’esprit tranquille, la duchesse a distribué la majeure partie de ses biens à ses enfants et petits-enfants. Et les reproches du roi, elle s'en balance complètement. Lui et la reine d'Angleterre, dont les titres sont moins anciens que ceux de la frétillante octogénaire, lui doivent d'ailleurs la révérence. Et la duchesse peut continuer à traverser l’Espagne du nord au sud sans jamais quitter ses terres, entrer à cheval dans la cathédrale de Séville et ne pas s'agenouiller devant le Pape.

Les images des magazines people nous l'ont montrée lançant son bouquet de fleurs dans la foule, dansant un flamenco endiablé pieds nus seule sur la piste et défiler devant les badauds en ondulant comme un top model.

*

En attendant qu’un librettiste un peu facétieux s’empare de la vie de la duchesse, on peut se replonger dans l’opéra que Donizetti a composé sur un livret inspiré de la vie de son lointain et cruel ancêtre : Le Duc d’Albe  se déroule à Bruxelles, aux temps tragiques de l’occupation espagnole. Tyran sanguinaire nommé par Charles Quint, le duc vient de faire exécuter le comte d’Egmont. Sa fille Hélène veut venger son père et se porte à la tête de la résistance, en recevant l’appui de son bien-aimé, le jeune Henri de Bruges. Mais celui-ci s'avère être le propre fils du duc d’Albe…. 

Donizetti a composé Le Duc d'Albe pour l’Opéra de Paris, mais ne l’a jamais achevé. Un compositeur italien a terminé la partition en 1882 et c’est dans cette version que l’opéra est généralement présenté, ce qui reste très rare car l’œuvre est quasiment tombée aux oubliettes. Un peu remanié, le livret du Duc d’Albe a été plus ou moins réutilisé par Verdi dans ses Vêpres Siciliennes.

Ecoutons Rolando Villazon dans un extrait (Concert donné au Liceu de Barcelone) :

5 commentaires:

JCMEMO a dit…

A première lecture j'avais compris que le fringant fonctionnaire avait 24 ans, ce qui aurait été beaucoup plus excitant (enfin peut-être pas trop pour lui). Un peu déçu de découvrir que le "jouvenceau" a tout de même 61 ans.
C'est vrai que cette femme étonnante ferait une belle héroine d'opéra (ou d'un film).
A bientôt !

Anonyme a dit…

et combien de liftings à l'actif de l'excentrique duchesse ? elle doit bien avoir deux ou trois chirurgiens esthétiques (!!!) à son service exclusif !
Tout à fait d'accord sur l'opéra de Donizetti qui mérite mieux qu'un coup d'oreille...

Marco a dit…

Faite et refaite la mémé ! Je me suis demandé pourquoi Almodovar de n'avait pas encore fait jouer dans un de ses films..

MartinJP a dit…

Quel bonheur de vous relire sur un si plaisant sujet ! j'ai toujours eu une sincère admiration pour ces personnages extravagants, et là, force est de constater que la duchesse fait fort.
En revanche, je découvre avec votre post l'existence de l'opéra de Donizetti.

jefopera@gmail.com a dit…

C'est vrai qu'on verrait bien la duchesse faire une apparition dans un film d'Almodovar, qui pourrait peut-être réfléchir à un livret. Le plus dur serait de trouver un compositeur pour nous mettre tout cela en musique.