mercredi 13 juillet 2011

Le grand Rameau en un coffret

Opus Arte a récemment édité un coffret regroupant cinq opéras et une cantate méconnue (In Convertendo) de Jean-Philippe Rameau.

Couvert de récompenses (Choc de Classica, Diapason d'or, ffff de Telerama), proposé à un prix très raisonnable, ce coffret est un véritable enchantement pour tous les amoureux du grand Rameau et une belle découverte pour ceux qui n'ont pu voir les spectacles en live.

Deux très grands chefs à la baguette, William Christie pour Les Boréades, Les Indes galantes (Opéra de Paris) et Les Paladins (Châtelet) et Christophe Rousset pour Zoroastre (à Drottningholm) et Castor et Pollux (Amsterdam), une pléiade d'excellents chanteurs -Véronique Gens, Paul Agnew, Stéphane Degout, Laurent Naouri, Barbara Bonney, Sandrine Piau et bien d'autres-, des mises en scènes imaginatives et pleines de vie, bref, une merveilleuse plongée dans l'univers baroque de Rameau, avant d'aller écouter Hippolyte et Aricie à l'Opéra de Paris... en juin 2012.

2 commentaires:

JCMEMO a dit…

Voila un coffret bien tentant qui évoque pour moi un lointain souvenir : c'est parti pour une séance de radotage...
Rameau pour moi c'est avant tout "Les Indes Galantes" le premier opéra auquel j'ai assisté, c'était dans les années 50 (et oui !).
En ce temps-là (je ne sais si la tradition est maintenue..), les matinées du 14 juillet étaient gratuites à l'Opéra (et autres théatres nationaux) : généralement des spectacles de ballet, rarement des opéras comme ce fut le cas une certaine année ou j'ai donc assisté à une représentation des Indes Galantes dans une mise en scène fastueuse de Maurice Lehmann : somptueux costumes et décors, volcan en éruption, etc...enfin l'émerveillement total pour moi.
Pas sur que j'apprécierais aujourdh'ui la partie vocale... mais qu'importe ! quel souvenir !
A samedi soir donc.
Amicalement.

jefopera@gmail.com a dit…

Mais non, ce n'est pas du radotage !
J'imagine ce temps béni où les matinées du 14 juillet étaient gratuites à l'Opéra et cette merveilleuse représentation des Indes Galantes dont il doit rester (peut-être) des traces audiovisuelles.