dimanche 22 mai 2011

Le Wotan noir

La maison Newton vient d'éditer un disque assez mythique : le récital Wagner du baryton basse américain Simon Estes, enregistré en 1980 avec la Staatskapelle de Berlin dirigée par Heinz Fricke.

Il présente plusieurs airs, extraits du Vaisseau Fantôme, de La Walkyrie (dont les Adieux de Wotan, avec la soprano Eva-Maria Bundschuh) et de Parsifal (air d'Amfortas).

Né en 1938 dans l'Iowa, fils d'un mineur, Simon Estes fut admis à la Julliard School en 1964 et fit ses débuts dans Aïda avant d'être le premier chanteur Noir, après Grace Bumbry, à monter sur la scène de Bayreuth, d'abord dans le Vaisseau Fantôme (rôle du Hollandais), puis Tannhäuser (rôle titre) et Parsifal (Amfortas).

A 46 ans, enfin, il fit ses débuts au MET en landgrave Hermann, dans Tannhäuser, puis partagea le rôle de Wotan avec James Morris, sous la baguette de James Levine en 1982. Le "Wotan noir" entre dans la légende.
  
On ne peut être que profondément impressionné et ému par son chant puissant et généreux, marqué par des aigus magnifiques, un timbre patiné, suave et fruité. Un vrai Wagner à l'italienne.

Simon Estes enseigne aujourd'hui le chant au Wartburg College, à Waverly, Iowa. Il est également très investi dans plusieurs associations humanitaires, notamment en matière de lutte contre le Sida.

2 commentaires:

JCMEMO a dit…

Bien apprécié cet extrait...
Chaque fois que je viens ici, je m'aperçois de mon ignorance dans le domaine du lyrique, et pourtant Dieu sait combien j'aime l'Opéra !
Moi qui suis dingue de cinéma, je crois que mes plus fortes émotions artistiques je les ai eues à l'Opéra (Orson Welles disait qu'une représentation d'opéra réussie était pour lui le plus beau spectacle du monde...
(Je viens de revoir en DVD un des meilleurs films de Fellini "E la nave va..." : une croisière en mer en compagnie d'artistes et autres pour disperser les cendres de la plus grande chanteuse du monde prés de son ile natale - magnifique !)
Amicalement

jefopera@gmail.com a dit…

J en découvre tous les jours, compositeurs, oeuvres, interprètes...... C'est une quête sans fin, avec plein de belles surprises.

J'avais vu La nave va a sa sortie en salle, et m'en souviens encore très bien. A l époque, nous attendions avec fièvre chaque film du maestro. Il faudrait que je me trouve un coffret de DVD pour les revoir.