samedi 19 mars 2011

Conte de fées à l'Opéra Comique

Enfin, un spectacle plein d'humour, de poésie, de grâce, de fraîcheur, de lumière et d'étincelles !

La musique, tout d'abord. C'est du joli Massenet, plein de clins d’œil malicieux à la musique du XVIIIème siècle. L'orchestration scintille de mille feux et les airs sont ravissants.

Comme pas mal de spectateurs, j'ai découvert hier soir la Cendrillon de Massenet et appris, en lisant le programme, qu'elle avait été composée en 1899 à l'occasion de l'installation d'un équipement électrique dernier cri à la salle Favart. D'où cette jolie mise en scène de Benjamin Lazar, intelligente, scintillante et colorée, émaillée de références discrètes et amusantes à la Fée Electricité. Les décors et les costumes éclatent de couleurs.

Le plateau est superbe, sans aucune réserve. La Cendrillon de Blandine Staskiewicz est délicieuse et très émouvante, notamment dans les scènes avec son père, Pandolfe, très bien chanté et parfaitement joué par Laurent Alvaro. Eglise Guttierez se sort très honnêtement des redoutables vocalises de la Fée, à l'écoute desquelles on imagine que Massenet s'est bien amusé en écrivant ce pastiche diabolique des airs de la Reine de la Nuit.

Le chœur et l'orchestre des Musiciens du Louvre sont emmenés par Marc Minkowski avec un entrain et une gourmandise qui font plaisir à voir. A la fin du spectacle, dans un geste qui a valeur de déclaration d'amour, il brandit la partition comme le saint sacrement. Les applaudissements redoublent, le public est conquis et le bonheur se lit sur tous les visages.

La belle acoustique de la salle Favart, le confort des fauteuils, une coupe d'excellent Champagne à l'entracte et la conversation aussi pétillante qu'érudite de ma sympathique voisine confèrent à cette soirée un bonheur proche de la félicité. Lorsque le rideau tombe à la fin du dernier acte, je ne réalise pas que trois heures viennent de s'écouler. Un vrai conte de fées.


2 commentaires:

JCMEMO a dit…

C'est vrai que l'acoustique de la salle Favart est excellente (excellent?-trou de mémoire).
Alors si en plus il y a de belles réussites de programmation comme celle que vous relatez avec un enthousiasme qui fait plaisir...
J'avais bien aimé la Carmen de 2009 (vue en retransmission)sous la direction de Gardiner avec dans le rôle titre l'excellente Caterina Antonacci.
Je vous souhaite un trés bon dimanche.
JC

MartinJP a dit…

Joyce Di Donato a inclus un air de Cendrillon dans son dernier CD, une vraie merveille. J'ai pu ainsi, avec l'extrait que vous avez inserré, découvrir cet opéra également peu connu et rarement joué.