lundi 8 novembre 2010

En mémoire de Shirley Verrett


Une très grande dame vient de s'éteindre. Une Diva, la dernière peut-être. Femme magnifique, rayonnante, majestueuse dans ses épaisses fourrures ou ses longues robes plissées aux motifs panthère ou léopard. Reine de Saba au port altier et au regard lumineux, Shirley Verrett n'a jamais interprété Didon, Desdémone ou Tosca car elle était Didon, Desdémone et Tosca.

Née à la Nouvelle Orléans, en 1931, elle commence ses études de chant en Californie avant de les conclure à la Juilliard School. Elle fait ses débuts à Yellow Springs, Ohio, en 1957, dans The Rape of Lucretia de Benjamin Britten. Dans ses mémoires, publiées en 2003 (You Never Walk Alone), Shirley Verrett révéle les injustices et blessures que lui ont valu sa peau noire, dans une Amérique des années soixante encore en proie à ses démons racistes. Sa carrière tarde donc à démarrer ; pour gagner sa place, il ne suffit pas à Shirley d'être au niveau, elle doit être la meilleure, ce qu'elle devient, au prix d'un travail acharné.

Sa carrière internationale démarre en 1962, à Spoleto, dans Carmen, qu'elle chante également au Théâtre Bolchoï de Moscou en 1963. Le succès est retentissant, les propositions de contrats affluent : au Royal Opera House de Londres, dans le rôle d'Ulrica du Bal Masqué, puis Eboli de Don Carlos, Amneris de Aida. Elle débute au Metropolitan Opera de New York en 1968, dans Carmen, son rôle fétiche. En 1975, elle triomphe à la Scala, incarnant une Lady Macbeth incendiaire, inoubliable.

Elle s'est éteinte avant-hier, aux Etats-Unis et laisse déjà un très grand vide.


3 commentaires:

JCMEMO a dit…

J'apprend par votre chroniq ue la mort de Shirley Verrett. J'ai vu sur scène (une seule fois) cette grande cantatrice : c'était dans Macbeth à l'Opéra Garnier (1984? 1985?) sous la direction de Georges Prêtre et dans une mise en scène d'Antoine Vitez...Bonne soirée. JC

Anonyme a dit…

beaucoup appris

MartinJP a dit…

Hommage mérité pour cette artiste magnifique et incomparable. son enregistrement de Macbeth est un de mes disques favoris d'opéra.