jeudi 20 mai 2010

Distraction pour petit bourgeois

Bon, je vais encore me faire des ennemis mais tant pis, allons-y : il n'y a décidemment rien à faire, la musique d'Offenbach m'est toujours aussi pénible. Je m'étais dit, allez, encore un effort, au moins les Contes d'Hoffmann, on dit que c'est un chef d'oeuvre. Et bien non : trois heures à supporter ce mauvais Gounod assaisonné des pires facilités de Rossini, le tout recouvert de sauce dzim boum boum à la Meyerbeer, non, non et non, ce n'est franchement pas possible !

Je me demande quand même qui, en 2010, peut encore apprécier cette musique de petit-bourgeois ? Je regarde alors autour de moi et comprends d'un coup que le public, enthousiaste avant-hier soir à Bastille, est en fait le même que celui de 1860 : mêmes faciès rubiconds, doigts boudinés avec chevalière à initiales, haleine plus que fatiguée. Ils sont là, ronflottent, se raclent la gorge, rient de bon coeur quand cela devient grivois, se rendorment sitôt après.... Bobonne est satisfaite de sa sortie culturelle du mois et pourra la raconter à ses copines du bridge. A l'époque d'Offenbach, au moins, les bourgeois venaient accompagnés de cocottes bruyantes et vulgaires ; c'était plus rigolo.

Et pourtant, le spectacle ne manquait pas d'atouts : la mise en scène de Robert Carsen pétille d'intelligence et d'invention et les décors sont de toute beauté. Mais franchement, tout cela ne parvient pas à compenser une histoire sans intérêt ni ressort dramatique et un livret proche de l'ineptie.

De très grands interprètes auraient sans doute pu sauver cela, comme la Dessay, il y a quelques années, dans la même production. Malheureusement, aucune des trois chanteuses n'arrive à sa cheville : le timbre d'Inva Mula est toujours aussi laid et son vibrato beaucoup trop fort. Uria-Monzon, quant à elle, vibre tellement que l'on perd le fil de la mélodie et toute compréhension du texte. Quant à la troisième, heuh..... je ne m'en souviens plus et c'est sans doute mieux comme cela.

6 commentaires:

JCMEMO a dit…

Cette représentation apparemment sans grand intérêt vous a au moins permis d'écrire un billet trés brillant par la forme...
Bien sur on peut détester Offenbach ou tout autre musicien, mais autre chose est d'afficher un souverain mépris pour les ignares qui ne partagent pas votre opinion...
"....Elle (la beauté) existe seulement dans l'esprit qui la contemple et chaque esprit perçoit une beauté différente." KANT
Ne m'en veuillez pas pour ce petit moment d'humeur !
Trsé bonne journée à vous.

JEF a dit…

Merci, cher JCMEMO, pour votre petit tacle amical ! La plume, parfois, se laisse aller à un peu d'excès.
Mais je peux vous assurer qu'il y a une grande différence entre le public, souvent fât, bruyant et peu mélomane de l'Opéra de Paris et celui, beaucoup plus respectueux et averti du Théatre des Champs Elysées ou, surtout, des scènes de province où j'adore me rendre lorsque j'en ai la possibilité.
Après avoir lu récemment, sur des forums art lyrique, pas mal de commentaires exaspérés sur le comportement du public de l'ODP, j'ai constaté avec soulagement que je n'étais pas le seul à avoir cette impression. Mortier disait, un peu méprisant, que l'ODP n'avait pas le public qu'il méritait.... Pour une fois, je crois qu'il avait raison. Et il est vrai que ce genre de spéctacles attire ceux qui n'aiment pas l'opéra (là, je persiste). On voit bien la différence lorsque Britten, Korngold ou Strauss sont à l'affiche.

Anonyme a dit…

Fréquentant l'Opéra de Paris et le Théâtre des Champs Elysées, je suis un peu surpris de ces commentaires un peu snobs sur les publics des deux salles. D'une part je n'ai pas été frappé pas ce soi-disant clivage entre un public qui serait bourgeois et conservateur à l'ODP etjeune et énergique au TCE... Mais quand bien même? les mélomanes de toutes catégories sociales ne sont-ils pas bienvenus dans la salle qui leur plaît?
Quant à moi j'ai 28 ans, j'aime toute sortes d'opéra allant du baroque au contemporain, je ne pense pas correspondre aux spectateurs que tu décris dans ta description, JEFOPERA, je suis allé voir les contes d'Hoffmann sans idée pré-conçue et j'ai adoré! Suis-je une exception ou un petit bourgeois qui s'ignore?! ;-)

JEF a dit…

Pardonnez moi, cher anonyme, si je vous ai heurté, c'était un billet d'humeur, sans doute excessif et injuste, mais bon, l'impression était là et la plume a couru, le coeur a parlé, il était sans doute un peu énervé l'autre soir...
Mais franchement, Offenbach......

Charly a dit…

je vous comprends un peu, même si vous exagerez. Aller faire un tour sur Forum Opéra, vous verrez que de plus en plus de spectateurs sont excédés par le comportement d'une partie du public de Bastille..... Ca tousse, ca froisse du papier, ca parle pour raconter des conneries, ca bouffe pendant le spectacle.......

Anonyme a dit…

Oui je te rejoins complètement là-dessus Charly, les bruits divers et variés que font certaines personnes à l'opéra sont insupportables.
Anonyme (le même que précédemment, qui finira bien par se créer un compte google...)