mardi 9 juin 2009

Il Maestrissimo


Le maestro napolitain de 67 ans, à la tête de l'Orchestre National de France et du choeur de Radio France, vient de livrer une interprétation grandiose du Requiem de Verdi, dans la basilique de Saint-Denis.

Riccardo Muti, fidèle du Festival de Saint-Denis, y a dirigé l'ONF dès sa première invitation en 1982, déjà dans le Requiem de Verdi, oeuvre qu'il a aussi enregistrée au disque, dans une version qui fait autorité.

D'une élégance parfaite dans sa battue, Muti réussit à obtenir une dynamique et une précision exceptionnelles tant de l'orchestre que du quatuor de solistes, la soprano italienne Barbara Frittoli, la mezzo russe Olga Borodina, le ténor mexicain Ramon Vargas, que j'avais déjà entendu à Bastille et qui reste assez décevant, et la basse russe Ildar Abdrazakov.
 
Sous les voûtes de la basilique, le public n'est pas seulement attentif, il est tétanisé : personne ne bouge ou ne tousse, on se demande même si on respire encore.

Aucun commentaire: